PROGRAMME MSC Séance 4 - Découvrir votre voix compatissante

Mis à jour : oct. 18

Nous pratiquons la 2ème méditation de base du programme : celle de l’AMOUR BIENVEILLANT POUR SOI. Nous explorons notre ressenti de phrases choisies de bienveillance à nous-mêmes.


Les commentaires des participant/e/s reflètent le « MUDDY MIDDLE », le milieu « boueux » de notre processus. Nous prenons conscience de là où nous en sommes. Placé/e devant l’écart entre notre idéal de bienveillance à nous-même et le chemin qu’il nous reste à parcourir, un trouble apparaît et deux écueils se présentent.


  1. La volonté de faire des EFFORTS pour être plus bienveillant à soi. C’est un piège. Les efforts nous mettent dans la lutte contre nous-même et c’est contre-productif. Nous invitons les participant/e/s et c’est dur, à lâcher cette volonté et rester dans le ressenti, dans l’ETRE plutôt que le FAIRE. Accueillir ce malaise est le sésame qui nous ouvre au changement intérieur. Il s’agit de choisir ce qui nous procure un ressenti agréable maintenant. Le plaisir ou le soulagement sont notre boussole. Les efforts passent aux oubliettes.

  2. La DESILLUSION : je suis tel/le que je suis maintenant. J’ai les mêmes sentiments désagréables, les mêmes défauts et c’est ok même si c’est dur à accepter. M’accueillir tel/le que je suis me permet d’évoluer. Ce n’est pas le programme ou les enseignants qui sont en faute, c’est un moment naturel du processus : ce que je vis n’est pas ce que je souhaite, mais c’est OK. Cette désillusion est une étape constructive: NOUS NOUS DONNONS DE LA BIENVEILLANCE NON PAS POUR NOUS SENTIR MIEUX, MAIS PARCE QUE NOUS NOUS SENTONS MAL. Nous raffinons notre intention après avoir mis à nu nos efforts contreproductifs.


Le baume de cette 4ème séance est l’ACCEPTATION RADICALE. J’entre pleinement dans le moment présent et je l’embrasse tel qu’il se présente à moi. Bizarrement, pour vivre cette acceptation profonde, il ne faut RIEN FAIRE : ni se donner de la compassion pour faire disparaître la douleur, ni accepter ce qui se passe comme un état de fait définitif. Non, c’est NOUS OUVRIR A LA DOULEUR au fur et à mesure qu’elle se présente. ETRE AVEC elle, c’est tout.


Notre but n’est pas de nous perfectionner. C’est de PERFECTIONNER NOTRE AMOUR. Accepter nos imperfections de tout cœur : oui, je suis ainsi, je ressens ceci, c’est humain et c’est ok. Je ne m’abandonne pas, j’accompagne mon ressenti « boueux » avec la même confiance et sécurité qu’un parent envers son enfant qui a la grippe. C’est ok, je suis là pour toi.


Nous ne nous rejetons pas nous-même, nous nous permettons de « devenir quelque chose de mieux en nous liant d’amitié avec qui nous sommes déjà. » comme le dit Pema Chödrön.

L’autocompassion fonctionne comme la pleine conscience : nous ne visons aucun objectif, RIEN A FAIRE, NULLE PART OÙ ALLER, juste ETRE avec ce qui est. Rogers décrit :

« Le curieux paradoxe de la vie est que lorsque je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer. »


Nous pratiquons un exercice édifiant : sélectionner un comportement qui nous dérange, puis écouter/ressentir :

  1. Notre voix critique : les mots, le ton de voix, l’attitude

  2. VALIDER ce ressenti: OUI, C’EST DUR !

  3. ACCUEILLIR notre critique interne avec bienveillance : est-ce qu’elle cherche à nous protéger ? de quoi ? C’est la reconnaissance que cette partie fait de son mieux. Nous pouvons même la remercier le cas échéant.

  4. Nous CONNECTER à notre voix compatissante. Cette voix ne nous trouve pas inacceptable, elle veut le meilleur pour nous.

Si c’est trop difficile de s’adresser à nous-même (MOI à MOI), nous pouvons passer par le :

A. TOI à MOI : imaginer que c’est une personne qui nous veut du bien qui s’exprime

B. MOI à TOI : imaginer que c’est notre meilleur/e ami/e qui souffre et qu’est-ce que je lui dit ?


Les deux questions de base du programme restent :

  1. DE QUOI AI-JE BESOIN ?

  2. QU’AI-JE BESOIN D’ENTENDRE ? quels mots/phrases/gestes, etc.

Et pourquoi ne pas s’amuser à s’écrire une lettre compatissante dans la formule la plus facile pour nous (MOI/MOI, TOI/MOI ou MOI/TOI) cette semaine ? Et OBSERVER SON RESSENTI sur les plans corporel, émotionnel et mental ?


Prenez soin de vous dans le respect de votre ressenti et au 29 octobre pour la 5ème séance !


Si vous souhaitez vivre les bénéfices de ce programme:

profitez des nouvelles dates qui sont déjà en ligne pour 2021 sur www.ressourcez-vous.ch


Monique Borcard-Sacco, Psych. Dipl., cabinet PSYPOSITIVEMBS











© Ressourcez-vous - Created by Reverseweb

  • Facebook - White Circle